5 raisons d’aimer la cuisine faite dans un restaurant italienne

En 2013, la cuisine italienne a été classée par CNN comme la meilleure cuisine du monde. OK, certes, ce n’était pas le bulletin avec le flux continu en direct des événements mondiaux cruciaux, mais plutôt une partie de Broadway, mais cela a encore du mérite. Aucune cuisine n’est aussi répandue que l’italienne, et si elle manque de la grande finesse de son rival français, sa simplicité fait partie de l’attrait. Je ne suis pas sûr de pouvoir justifier pourquoi j’aime la cuisine italienne pour cinq raisons seulement, mais voilà.

1) La cuisine italienne embrasse le glucide diabolisé

Voici un pays avec plus de 310 formes de pâtes. Des pâtes roulées et pliées autour de tout, des orties à la mousse de crevettes, en couches ou farcies et cuites au four pour les lasagnes ou les cannellonis ou en croûte pour le macaroni au fromage. Et puis il y a toutes les autres choses que les Italiens font avec la pâte, de la pizza au panettone, en passant par la focaccia deviennent parmi les meilleurs grillées au monde comme ce qui se fait au sein de la Restaurant italien Lyon 2 Cordelier. À Venise, ils prendront du pain rassis et le transformeront en une sauce au pain de peara ressemblant à de la polenta, tandis qu’en Toscane, ils l’ajouteront à des soupes telles que le pappa al pomodoro ou des salades telles que la panzanella. Et n’oubliez pas leurs manières de rêve avec le riz, du risotto aux arancini.

2) La cuisine italienne célèbre les morelles

Alors que le reste du monde se détournait, partout en Italie, ils ont trouvé des moyens d’intégrer ces légumes dans leur cuisine. À tel point que le poivron et le piment sont devenus synonymes du sud, l’aubergine avec la caponata de Sicile, et les tomates avec, enfin, tout le pays grâce à cette «sauce rouge» omniprésente.

3) Les Italiens aiment guérir

Non seulement les Italiens ont-ils été les premiers à adopter la tendance nez-à-queue avec des plats de cucina povera (cuisine paysanne) tels que l’osso buco, mais ils aiment préserver et soigner l’abondance de l’abattoir pour en profiter tout au long de l’année. Les clients du Restaurant italien Lyon 7 Cordelier en parle, Il n’y a pas grand chose à dire ici à part réciter une litanie de mots qui ressemblent à une prière exaucée pour la plupart des bons gourmands: salami, sopressa, pancetta, gianciale, salsicce, mortadelle, speck dell’Alto Adige, cotechino, lardo, zampone, coppa, mazzarelle, capicolla et bresaola.

4)… et puis il y a ce qu’ils font du lait et de la crème… soupir!

Qu’il s’agisse de panna cotta, de gelato, de mascarpone, de parmesan, de ricotta, de Taleggio, de gorgonzola, de fontina fondante, de burrata, de pecorino, de dolcelatte ou de tiramisu, les Italiens ont le goût de la crème. Et cela n’inclut même pas de le transformer en beurre. Oh, et le tiramisu ne serait pas possible sans une autre grande invention italienne, la machine à expresso, alors mieux vaut ajouter un latte et un cappuccino à la liste, par favore.

5) Mais au final, il s’agit d’une chose: la simplicité

Tout découle du principe magnifiquement basique selon lequel la cuisine italienne consiste à améliorer les bons ingrédients à leur apogée. Tant de bons plats, de la pizza Margherita aux spaghettis à la carbonara, ne contiennent qu’une poignée d’ingrédients. Ce sont des combinaisons de saveurs classiques – pensez au chocolat et aux noisettes, à la tomate et au basilic ou au melon et au prosciutto – qui sous-tendent une grande partie de la cuisine italienne que nous cuisinons à la maison. Alors voilà, et je n’ai même pas eu besoin de mentionner les coteaux de cèpes, mais quand on peut faire autant avec seulement de la farine, du lait et du sel, on n’a vraiment pas besoin de le faire!

Si vous avez aimé cet article, cliquer ici pour d’autres

Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code